AA

  AAAAAAAAAAAa

aaaa



a

Première partie - "Parenthèse historique" :

En 1935, William Rootes propriétaire de la marque Talbot London rachète la firme Sunbeam et fonde la Sunbeam-Talbot en réunissant les deux firmes et décide d’en faire la branche sport de son groupe. Stirling Moss au volant de la Sunbeam Talbot 90 modifiée, remporte la coupe des Alpes en 1953 et 1954. Les Sunbeam y gagne le surnom d'Alpine. Malgré plusieurs évolutions, le modèle ne rencontre pas le succès commercial escompté et en 1956 il est décidé d'une refonte complète de la voiture qui prendra le nom d'Alpine Séries. Elle est d'allure sportive et est essentiellement destinée au marché américain. En 1959, la Sunbeam Alpine Série I voit le jour. Elle est composée essentiellement de pièces empruntées aux autres modèles produits par le groupe Rootes, dont le moteur de la Rapier. Le modèle est amélioré, les évolutions se succèdent jusqu'en 1965 : série II en 1960, Série III en 1963, Série IV en 1964 et Série V en 1965.

Photo 1 : Sunbeam Talbot 90 (Coupe des Alpes 1953) - Photo 2 : Sunbeam Alpine Série I (1959)
Photo 3 : Sunbeam Alpine Série III (1963) - Photo 4 : Sunbeam Alpine Série V (1965)



a
 

En 1961, Sunbeam-Talbot engage une Alpine Série II aux 24 heures du Mans. La voiture est modifiée par l'entreprise Thomas Harrington Ltd. qui équipe la voiture d'un toit en fibre de verre et d'un arrière "fastback". Aux mains de Peter Harper et de Peter Procter, la Sunbeam numéro trente-quatre finit l'épreuve à la seizième place à soixante-douze tours de la Ferrari 250 d'Olivier Gendebien et de Phil Hill vainqueur de l'épreuve. La Sunbeam-Talbot Alpine remporte le prix de l'efficacité énergétique lors de ces 24 heures du Mans. Si la firme Sunbeam ne produit pas de coupé sur la base de l'Alpine, Thomas Harrington est décidé de profiter de cette victoire au Mans. Il conçoit sur la base de la voiture vue au Mans, un véhicule à l'allure sportive qui prend le nom de Sunbeam Harrington Le Mans. Initialement prévu à 500 exemplaires, le prix trop élevé freine sa production et finalement, seules 250 voitures voient le jour.

Photo 1 : Sunbeam-Talbot Harrington (Le Mans 1961) - Photo 2 : Sunbeam Harrington Le Mans (Salon d'Earl Court - Octobre 1961)
Photo 3 : Publicité pour la Sunbeam Harrington Le Mans



a

Seconde partie - "Raymond Daffaure" :

Au milieu des années 50, Raymond Daffaure est un jeune homme qui habite la commune de Marmande, situé à 90 KM au sud-est de Bordeaux. Ayant perdu son emploi de magasinier, il vit chez ses parents. Pour tuer le temps, il s'adonne à sa passion et monte des maquettes. En 1957, il présente une Renault Dauphine lors d'un concours de maquettisme organisé par l'Autojournal et Humbrol dont il remporte le premier prix. Le modèle est bien réalisé et attire l'attention de Maurice Trintignant. Le pilote français commande alors au maquettiste la réalisation en réduction de ses voitures de course pour sa collection personnelle. L'échelle choisie est le 1/43, pour la simple raison que si Raymond Daffaure a la particularité de créer ses modèles en les sculptant dans des morceaux de bois, les roues sont elles achetées dans le commerce, et à cette époque, seul Norev propose des sachets de roues en pièces détachées. Intéressés par son travail, d'autres pilotes comme Graham Hill ou Henri Pescarolo lui commanderont à leur tour la réalisation de leur collection de voitures miniatures.

Photo 1 : Raymond Daffaure à sa table de travail - Photo 2 : Aperçu d'un modèle en cours de fabrication.
Photo 3 : Etiquette Création RD - MARMANDE sur la Ferrari 250 GT du Tour Auto 1958



a
 

Raymond Daffaure décide en 1958 de se lancer dans la réalisation de modèles réduits en petites séries. Ses voitures miniatures prennent le nom de CREATION - RD MARMANDE. Si certaines pièces sont uniques, émanant le plus souvent de commandes de collectionneurs privés, il n'est pas rare que ses séries soient réalisées en seulement 3 ou 4 exemplaires, parfois 10. Son modèle le plus vendu, la Ferrari 250 GTO sera quant à elle réalisée à un peu plus de 100 exemplaires. Il édite pour ses clients une sorte de catalogue qui se résume en une simple feuille de papier manuscrite, puis plus tard écrite à la machine et photocopiée qu'il leur expédie afin d'annoncer les futures sorties. Mais les commandes particulières, traitées en priorité, viennent régulièrement bouleverser ces annonces dont certains modèles bien que prévus ne verront jamais le jour. Si la très grande majorité des miniatures créées utilise un bloc de bois comme base, Raymond Daffaure transforme épisodiquement des voitures de chez Norev, Dinky ou Minialuxe. Il crée ainsi entre 40 et 100 miniatures par mois. Il est en 1959 le lauréat du prestigieux Prix Cugnot délivré par la Society of Automotive Historians. En 1960, il reçoit le Prix Humbrol.

Les miniatures sont patiemment sculptées et formées au ciseau à bois et à la lime dans des morceaux de sapin, mais il se sert également de tout ce qui peut lui tomber sous la main pour les finitions (tuteurs de tomates, grillage de poulailler, fil de fer, emballage transparent pour les vitrages ...). Officiant à son domicile, boulevard de la Liberté à Marmande, il travaille sur une table en formica dans sa cuisine et il arrive que certaines pièces soient confiées à des voisines pour la peinture. En effet à cette époque, il n'était pas rare de rencontrer des ouvriers et des ouvrières que l'on appelait les "travailleurs à domicile" et qui effectuaient des tâches d'emballages ou d'assemblages pour les entreprises comme ce fut le cas par exemple pour le montage des petites voitures Solido. La peinture et la décoration sont faites à la main et au pinceau. Sous le châssis, les miniatures reçoivent une étiquette collée avec le nom "CREATION - RD MARMANDE", la marque, le type et l'année de la voiture, l'échelle et finalement le numéro de série de la miniature. La documentation est rare à l'époque et les photos, sont bien souvent en noir et blanc, aussi le travail de recherche et de reproduction s'avère compliqué, rendant l'exactitude des formes et des détails aléatoires. Mais ces difficultés n'empêchent pas Raymond Daffaure de créer de très beaux modèles possédant encore aujourd'hui un charme indéniable.

Photo 1 : Etiquette Créations RD - MANOU MARMANDE sur la Matra BRM M620 des 24 Heures du Mans 1966
Photo 2 : Raymond Daffaure en 2000.



a
 

Le fondateur de la marque TR Sordet, qui deviendra en 1975 la marque "Ma Collection" est entre 1971 et 1977 le diffuseur Suisse de RD Marmande. C'est ainsi que chaque mois une vingtaine de modèles franchissent la frontière afin d'être vendus aux collectionneurs Helvétiques. En France, c'est le magasin Manou Auto Sport du Mans qui devient son diffuseur. Raymond Daffaure fabriquera d'ailleurs plusieurs modèles estampillés CREATIONS - RD MANOU MARMANDE pour la boutique mancelle. Il réalisera également pour Steve Mc Queen la grille complète des 24 heures du Mans 1970.

En 1978, victime d'un accident cérébral qui le laisse handicapé d'un membre supérieur, Raymond Daffaure doit arrêter sa production. Il décède en 2008. Bien que le chiffre réel ne soit pas connu, il est couramment admis qu'en 20 ans il est sorti près de 10.000 miniatures, représentant 800 modèles différents de la cuisine de Raymond Daffaure.

Troisième partie - La miniature RD Marmande :



a
 

ALa Sunbeam Harrington Le Mans réalisée par Raymond Daffaure



aa
 

Il est intéressant de noter que le maquettiste a conservé le nom d'Alpine dans la dénomination de sa réalisation. Mais il faut se rappeler que nous sommes en 1963 et que la documentation technique qui est à sa disposition n'a rien à voir avec celle beaucoup plus riche dont nous pouvons disposer aujourd'hui.

 


a

Retour

aaaaaaaaaaa

© Thierry Cann / Since 2001 © Yellow Flag Miniatures- Racing Karr Model